Peinture à la pomme de terre, suite et fin

La peinture est terminée dans la chambre des enfants. Nous avons mis la dernière couche de peinture puis la protection avec la cire d’abeille (mélange de copeaux de cire d’abeille et d’essence de Térébenthine dans un pot préparé la veille pour faire fondre la cire). Thomas a essayé de l’appliquer au chiffon mais le mélange était trop liquide, pas assez crémeux et cela n’allait pas bien. Il l’a donc appliquée au pinceau et cela allait tout seul, en plus de faire des effets brillants. Prévoir de le faire avant d’emménager vu l’odeur dégagée pendant plusieurs jours! Thomas a poursuivi la peinture dans notre chambre et dans le salon avec des pigments différents dans chaque pièce (terre cuite, terre de provence). Trois couches plus une couche de cire. Les joints de fermacell sont encore un peu visible, de même que les rebouchages de vis lorsque le ponçage n’a pas été optimal. Mais avec les effets de la peinture, cela passe bien. La peinture a été finie de partout le lundi 23 décembre, et la cire le vendredi 26.

peinture pomme de terre

peinture pomme de terre

DSC_0186DSC_0188

recette peinture :

Matériel pour 10 m²:

500 g de pommes de terres bintge

1 kg de blanc de Meudon

Pigments : 100 g pour peinture et 5 g pour cire si on veut

4 L d’eau

1 pot de cire d’abeille naturelle

Un moulin à légumes inox

Un fouet

Un seau

deux spalters plats

Un chiffon doux

Un chiffon laineux

 

Coût :

blanc meudon : 4€/kg environ,

pomme de terre : 1,6€/kg,

pigments : entre 6 et 10€ les 200g dans notre boutique suivant les teintes voire plus, moins cher ailleurs

cire en pain : 15€/kg

essence de térébenthine : 36€ les 5 litres

Nous avons acheté 3 pots de pigments (1 par pièce), 5 kg de blanc de meudon, 600g de cire, 3 ou 4 litres d’essence de térébenthine, 3 kg de pomme de terre. Nous avons fait les 4 murs de la chambre des enfants, 3 murs de la chambre des parents, 2 murs au salon/cuisine et le dégagement. Soit environ 35m² en deux couches par dose de la recette. La recette nous a été donnée par Monique Cerro (http://www.terre-pierre-et-chaux.fr), rencontrée sur le chantier de rénovation des parents de Thomas.

Temps :

– préparation : 30 minutes,

– application: 1h30,

– séchage : 6 heures entre deux couches

 

Économique et naturelle, la peinture à la pomme de terre connue depuis le milieu du XIX° siècle est très simple à préparer et à mettre en œuvre. A consommer sans modération …

L’application :

Elle se fait en général sur plâtre brut poncé, dépoussiéré, parfaitement lisse en plusieurs couches pour unifier la teinte.

La finition :

La cire visant à fixer la peinture est aussi un élément de décor. Sa pigmentation plus foncée que la couche de fond permet de pénétrer les blessures laissées à vif précédemment et donc de renforcer les effets de contraste.

Point technique :

L’amidon que contient la pomme de terre, associé au blanc de Meudon créé une peinture peu couvrante, réversible et sensible à l’humidité. Une protection s’impose: cire, glacis, vernis…

Mode d’application

01 : pelez les pommes de terre en veillant à supprimer les éventuels « yeux » et faire cuire à la vapeur. Ecrasez finement à la moulinette. Dans un seau adapté, versez la purée et ajoutez  2 litres d’eau chaude en remuant avec un fouet. Ajoutez à cette purée le blanc de Meudon dilué lui aussi dans 2 litres d’eau.

02 : Faites chauffer l’équivalent d’un pot à confiture d’eau. Additionnez quelques gouttes de liquide vaisselle pour favoriser la tenue du pigment et ajoutez 100 g de pigments. Remuez jusqu’à parfaite répartition du pigment. Versez le mélange dans la purée diluée. Battez au fouet pour que le mélange soit parfaitement homogène.

03 : Dépoussiérez le mur. Appliquez le mélange au spalter en tous sens, en tirant la peinture inégalement pour obtenir l’effet aquarellé escompté. Laissez sécher une demie journée. Pour un effet moins aquarellé, appliquez une seconde couche et laissez sécher. Bien mélanger très fréquemment la peinture pour homogénéiser la teinte sur le mur et ne pas avoir tout les pigments à la fin.

Sur le Fermacell, pour opacifier et cacher le plus possible le joint, nous avons fait trois couches, donc une peinture plus homogène, presque pas d’effet aquarellé.

04 : Si nécessaire, faites fondre la cire d’abeille au bain marie afin d’obtenir une pâte crémeuse et onctueuse. Ajoutez une demie cueillere à café de pigment bleu charrette. Remuez jusqu’à homogénéité.

05 : Appliquez la cire teintée sur le mur, en couche fine bien tirée, à l’aide d’un spalter ou d’un chiffon. Laissez sécher une à deux heures et lustrez au chiffon laineux.

Egalement pour l’enduit ciré la recette ci dessous.

Enduit ciré : http://www.maison.com/brico-travaux/revetements/realiser-enduit-cire-4727/

 

Marie a fait la peinture de la cuisine. Les défauts qui restaient après la sous-couche, sont presque tous partis… Les autres seront cachés derrière les meubles! Thomas a poursuivi l’installation des prises électriques, interrupteurs, boitier VMC et supports d’ampoule. Chaque pièce a presque sa lumière, il manque juste les ampoules à acheter!

DSC_0024

Trois jours de vacances pour Thomas, loin du chantier pour être sûr qu’il se repose pour les fêtes de Noël (enfin, pour cela il faudrait arriver à se coucher tôt)! Après un an sans réelle pause, cela était nécessaire, avec en plus des repas de fête en famille pour reprendre des forces et des kilos.

Comments are closed.