Mois : octobre 2014

Mur d’inertie en briques de terre crue

 

Avant la pose du poêle de masse, nous avons monté en deux fois le mur d’inertie au salon. Nous avons acheté des briques de terre crue. Nous aurions pu les fabriquer avec la terre du terrassement, du sable et de la paille, ou bien avec une presse à BTC, mais la l’occasion de la presse + demi-journée de formation nous serait revenu pour plus cher et en sollicitant beaucoup plus de temps.

mai-14_1542_01

Marie à l’avant dernier étage

Avec Claire et Vincent, nous avons monté le début du mur, sans dépasser plus de 1,5m pour éviter le tassement des joints. Le chantier a commencé la veille avec la préparation du mur : démontage d’une partie de l’ossature bois déjà en place et repositionnement pour correspondre aux dimensions des briques, ponçage rapide des montants en bois pour avoir un rendu final lisse, pose au sol de carton et bâches pour protéger le parquet.

Le mur se monte assez vite à quatre (peinture de l’escalier extérieur en parallèle). Nous préparons le mélange du mortier avec une bétonnière : 3 seaux de sable + 1 seau de terre (fourni avec les briques) + eau. Ensuite pose du mortier et des briques à la main ou à la truelle. Nous n’avons pas pris le temps de soigner les joints d’où du travail supplémentaire ultérieurement pour tenter de récupérer ce qui avait déborder sur les briques, sans trop abîmer l’aspect de la brique, avec une éponge légèrement humide. Pour la deuxième journée de pose, une semaine plus tard, juste à deux, nous avons été beaucoup plus soigneux et la différence se voit ! Certaines briques ont été découpées en tout petit pour terminer le mur dans le petit espacement qui restait en haut.

mai-14_1544_01

.mai-14_1546_01mai-14_1547_01mai-14_1553

 

Avancement de l’étage

 

Depuis Mai, les travaux se sont poursuivis, principalement à l’étage. Les cloisons ont été progressivement posées : OSB + fibres de bois + OSB.

 

Avant la pose de la dernière plaque d’OSB, Thomas a tiré les câbles électriques, percé les trous pour les boitiers électriques des prises, raccordé les blocs de prises aux câbles ce qui est long et demande des petits doigts précis ! Pour la cloison de la chambre Ouest, nous avons fait un essai de remplissage avec des copeaux de bois en complément de la fibre de bois. En effet, la cloison fait 10cm d’épaisseur à ce niveau là pour utiliser des chutes de chevrons d’ossatures, lisses et pour supporter le poids de la future bibliothèque. Nous verrons à l’usage le résultat au niveau du confort acoustique.

07-2014_1964_01

Les portes ont été achetées (à Leroy Merlin, pas top la qualité en sapin de base), lazurées et une première a été posé à l’Est pour la chambre d’Emma. Là encore, mieux vaut prendre son temps pour la poser et ne pas faire dix choses en même temps sinon gare aux erreurs de mesure qui doublent le temps de pose ! Les voliges ont été poncées et montées à l’étage par Marie, puis mesurées, découpées et vissées pour faire les doublages des murs de pignons des chambres. Quelques découpes pour faire le tour de la poutre et la dernière est rentrée avec un bon coup de pieds car il est dur de conserver la verticalité avec des planches de volige ! Chaque volige a été posé avec le contrôle du faisceau laser pour conserver au maximum la verticalité. Il a fallu percer des trous pour les prises électriques, patience et force physique ont été nécessaire pour passer au travers des 3cm d’épaisseur du bois. Ensuite, l’OSB a été peint dans la chambre Est pour apporter un peu de luminosité et trancher avec le bois. Les raccords de plaques ont été comblés avec du silicone pour avoir une surface continue. Bien attendre qu’il sèche avant de le peindre sinon cela craquèle.

 

Pendant que Marie et les enfants sont partis en vacances avec les grands-parents, Thomas s’est ensuite attaqué à la pose du lambris dans les deux chambres. Celle de l’Est est terminée, la deuxième est en cours. Les voliges ont également été terminée dans la chambre ouest.

 

Le parquet en châtaignier massif à clouer (ou visser) est acheté chez notre fournisseur habituel, Kenzaï, dans deux lots de fournisseurs différents, pour faire baisser le prix. Les lots sont compatibles. La pose du parquet a démarré en septembre 2014, mais cela prend du temps lorsque l’on a que les weekend avec les enfants à la maison. Un vendredi de RTT a permis de bien avancer le parquet dans la chambre pour accueillir des enfants lors de notre crémaillère. Et notre fille est ravie de pouvoir dormir dans sa chambre (même si le parquet n’est pas tout à fait fini et qu’il y aura le ponçage et la protection du bois à faire).

 

 

Retour d’internet – mise à jour du site en septembre 2014

Les travaux ont bien avancés depuis le dernier message, une longue lecture vous attend sur plusieurs articles.

Internet n’étant pas encore bien arrivé chez nous, nous avions du mal à faire des mises à jour régulière du site. Mais c’est chose résolue maintenant.

Le raccordement téléphonique a enfin été réalisé mi-septembre 2014 après de nombreux mois d’attente. Nous avons eu le prêt par Bouygues d’une clé 4G mais comme on n’est pas éligible, cela rame !!

Mais comme nous n’étions pas présents le jour du raccordement extérieur, il a fallu refaire une (deux) date de rendez-vous pour le test final de la ligne. Des fois, faut pas être pressé.

A l’extérieur, les choses aussi continuent à bouger. Après l’abri à vélo, la cabane des enfants en bois de palette et branches d’arbres a vu le jour pour le plus grand plaisir des enfants avec un petit banc à l’intérieur. Les limaces ont continué à ravager les plantations, bien aidées par toute l’eau de la fin du printemps et de l’été. Peu de fleurs vues hormis les glaïeuls et un seul pied de dahlias. La prairie fleurie s’en est bien sortie aussi. Pour la lasagne, l’essai s’avère très concluant (voir la photo). Nous avons pu récolter tomates, courgettes, haricots vert et cocos, brocolis, côtes de bette, cornichons, maïs, pommes de terre… en proportion variable en fonction des plantes et de la météo. Nous avons goûté à nos premières fraises, framboises, groseilles et caseilles. La seule pêche n’a pas supporté le coup de vent. La météo nous a conduit à faire plusieurs coupes à la débroussailleuse. Nous n’avons pas réussi à vider la cuve d’eau et les trous dans le terrain sont souvent remplis d’eau. Marie s’est attaquée à la fin de l’été à les reboucher avec la terre du terrassement.

07-2014_1888_01

La lasagne du jardin

07-2014_1887_01

La lasagne + maison du voisin

Dans la perspective de poser la clôture avec nos voisins Jérôme et Marie-Catherine, Vincent nous a retrouvé les bornes qui délimitent les parcelles et nous avons pu constater que nous avions bien empiété chez eux avec nos tas de bois. Du coup, déplacement du bois avec tronçonnage de celui-ci à la bonne dimension du foyer du poêle. Avec les enfants, nous les avons rangé, chacun portant son poids !

Une balançoire a fait son apparition dans le jardin, don du voisin et grand plaisir des enfants. Avec Jérôme, Thomas a été acheter grillage et poteaux en acacia pour la clôture. Pose programmée en Octobre, avec peut-être location d’une tarrière pour facilité l’enfoncement des poteaux. Essai avec baramine ce week-end.

Nous ponctuons les travaux par la fabrication de réserve pour l’hiver en fruits et légumes (conserves de caviar d’aubergine, de tomates, confitures et compotes remplissent le cellier!).

Poêle de masse

Il a ensuite débuté la construction du poêle de masse, une fois les briques réfractaires arrivées et surtout une fois en possession du registre à câble permettant de fermer l’entrée d’air (pour éviter la circulation d’un courant d’air dans le poêle qui le refroidirait par l’intérieur). L’été n’est pas toujours la meilleure période pour faire des travaux ou bien il faut bien anticiper les vacances des entreprises pour être sûr d’avoir tous les matériaux à temps.

Pas d’enfants dans les pattes pour étaler sur le sol les différents tas de briques triées en fonction de leur taille, avec l’ordinateur allumé en permanence pour suivre le plan de pose.

07-2014_2015_01

En amont, Thomas avais repris l’entrée d ‘air pour la mettre au bon diamètre. Découpe du sol, de la paille, pose d’un conduit de 18 cm puis nouvelle fermeture, reprise de l’étanchéité. Nous avons ensuite posé une plaque de tôle de 8mm d’épaisseur, d’environ 60kg, pour répartir les charges sur toute la surface prévue au sol avec les renforts sous la maison. Le poids et l’épaisseur compliquent la manipulation pour la sortir de la voiture, couper le rond pour le passage de l’entrée d’air (sans se tromper de place! Une heure de découpe avec deux tailles de disqueuses) puis la coller au sol. Merci David pour l’aide à la mise en place dans la maison ! Une couche de vernis mat pour éviter la rouille, puis pose de béton cellulaire pour respecter l’écart au feu avec le sol.

Le poêle est complétement en briques réfractaires, il n’y a pas de foyer en fonte. Il fait environ 1,5 tonnes, ce qui fait un petit poêle de masse. Le foyer fait 33 cm x 33 cm. Il est même possible de mettre des plats et de faire cuire des pizzas dedans. Louis l’a surnommé le « barbecue »! Le poêle dégage normalement une puissance moyenne de 4kW pendant la restitution de la chaleur, ce qui devrait suffire pour bien chauffer la maison, un calcul de besoin de chauffage avec le logiciel PHPP (pour maison passive) ayant indiqué un besoin théorique de 2kW de puissance.

Thomas a suivi une formation de 3 jours avec l’association Oxalis qui propose d’apprendre à monter son propre poêle de masse, dans différentes tailles de foyer permettant différentes puissances de chauffage. Il y a ensuite un accompagnement pour faire les plans adaptés à la maison.

 

Thomas a également été cherché de la sciure chez le menuisier, plusieurs allers-retours qui permettent de remplir l’espace entre le plancher et le futur parquet pour réaliser une isolation phonique basique à faible coût. Encore beaucoup de poussière à essuyer !

Poursuite de l’explication du montage prochainement. Quelques photos en attendant.